S’intéressant aux concepts, :mentalKLINIK développe chaque année un projet autour d’un thème spécifique, abordé sous l’angle homme-objet-culture-valeur. Cependant, ses actions ne sont pas prédéterminées. Le processus de production importe autant que le résultat. :mentalKLINIK n’est ni une boutique, ni une galerie ; c’est un espace ouvert aux cinq sens, et qui entend explorer le sixième, le septième, voire le huitième. Les projets de :mentalKLINIK ouvrent d’autres dimensions possibles dans les lieux où ils sont présentés. Bien qu’il travaille en groupe, :mentalKLINIK n’exclut pas pour autant l’individu. Néophytes, amateurs ou professionnels peuvent tous prendre part à :mentalKLINIK. Après avoir conçu des projets tels que (sleep), {game}, [copy], il propose cette année ~self.

~self01

le «moi» a-t-il les pieds sur terre? Et que dire de «nefs»1 et «kendi»2?

N’utilise-t-on pas les termes «Je» et «l’autre», «ici» et «là» pour raconter des histoires? Depuis toujours, le monde n’a-t-il pas eu besoin d’une Histoire à écrire, et cette Histoire à son tour, d’autres sortes d’histoires ? Finalement, qu’est-ce que tout cela sinon la consolation «d’être ici-bas»? Quelle est la probabilité pour que «moi» ne soit pas quelque chose comme le journal d’un fou par exemple qui susurrerait continuellement les choses dans «un présent aoriste» puis se tairait, parce cette chose est juste comme l’univers lui-même, pouvant s’étendre et contenir tout ce qui existe, ou s’étirer, se contracter ou se vider, quelque chose d’amorphe dont le contenu change, ou qui est de nature à changer.

Compte tenu d’une part de l’usage abusif — et par conséquent de l’appauvrissement de l’idée du «moi», que cela soit dans l’art ou dans les discours universitaires, et ayant anticipé d’autre part le danger que cette idée soit sujette à toutes sortes d’acceptions, nous avons planifié un voyage venteux dehors au cœur de cette pensée — sans négliger les chemins alentour. Parce que nous croyons que le monde s’invente et raconte des histoires, associer le «moi» au «voyage» nous semblait légitime.

La modernité a négligé l’humain. L’homme, ballotté dans le vide, décentré, détaché de ses liens, comme le fil d’une étoffe, une tige arrachée, est devenu peu à peu un objet sec, en carton, en particulier depuis l’avènement de la psychanalyse. Perdu, sans contextes ni appuis, il a besoin d’une nouvelle lumière pour renaître, une lumière qui lui apportera une autre dimension, contrastée, qui le fera gagner en relief. Cette source de lumière proviendra d’un espace, d’un lieu, d’une mémoire, autrement dit d’une histoire. La route à suivre est simple : prendre le large et revenir enrichi par les expériences vécues. Ainsi, tout individu, plus que jamais inquiet du lendemain, respirera-t-il au «présent aoriste» et tissera-t-il à nouveau son propre ouvrage dans la plénitude du temps présent.

Si cette affirmation audacieuse «Je est un autre»3 reste encore aujourd’hui valide, alors nous sommes en droit de croire que le sentiment empathique, la communication vraie, l’équité existent toujours, et par conséquent l’«espoir» en l’homme aussi.

Conscient que dans les rues de la vie, chaque âme prend froid et frémit, frémit encore davantage lorsque le vent et l’époque dans lesquels elle erre se montrent un peu plus rudes, :mentalKLINIK propose un «ici» propice aux mythes. Comme toujours, :mentalKLINIK, en choisissant un titre tel que self, «moi», prend une position «sincère», qui vient «de l’intérieur».

1 Nefs : 1. L’essence de l’être humain, le soi-même, l’individualité, la personnalité. 2. Besoins nécessaires de l’homme, comme l’eau et la nourriture (Ali Püsküllüoglu, Dictionnaire de la Langue Turque) Nefs : 1.L’esprit, l’âme, la vie. 2. Besoins nécessaires de l’être humain, comme par exemple l’eau et la nourriture 3. Le soi-même, l’individualité. (Ferit Devellioglu, Dictionnaire Ottoman-Turc).
2 Kendi: 1. Pronom personnel réfléchi, sert à désigner l’individualité d’une personne. (Ali Püsküllüoglu, Dictionnaire de la Langue Turque)
3 «Je est un autre», Arthur Rimbaud.

Textes extraits de la brochure publiée par :mentalKLINIK et Mudam à l’occasion de l’exposition.

< back