ELDORADO: L’EXPOSITION D’OUVERTURE

Une quête
«Eldorado» est avant tout une aventure, la quête d’un trésor, celui de l’imagination:
«Un musée comme une habitation idéale. Un lieu indéterminé pour l’imaginaire, où, dans une relation interactive entre architecture, espaces intérieurs, site historique, se déjouent les fonctions, les usages, les conventions de la représentation de l’art, ses définitions, son observation et certainement l’ensemble de toutes ses expériences. L’exposition pense les œuvres: c’est sa vraie richesse» (Jean-Louis Froment, pour le catalogue de l’exposition «Eldorado»).
«Eldorado» est portée par tous ceux — artistes, amateurs d’art, personnalités culturelles et politiques — qui, depuis plus de quinze ans, ont œuvré pour qu’au Luxembourg le projet du musée voie le jour. L’exposition invite le public à découvrir un lieu investi «de la cave au grenier» par une soixantaine d’artistes et à participer, à travers un cheminement qui est propre à chacun, à la création et au développement de ce lieu de désirs et de rêves que Mudam veut représenter.

Une distance poétique
«Eldorado» couvre tous les vecteurs d’expression dont se servent actuellement les artistes: photographie, peinture, dessin, vidéo, nouveaux médias, mode, design, graphisme, son, architecture, sculpture. Elle met en évidence les correspondances que ces différentes techniques entretiennent entre elles et montre leur complémentarité et leur cohérence par rapport aux thèmes que les artistes transposent dans leurs œuvres aujourd’hui. Mudam est attentif à l’évolution de ces pratiques et se doit d’en rendre compte. L’art étant l’expression d’une distance poétique par rapport au monde, bien au-delà de l’outil, la question de la technique ne se pose plus: «Et c’est à travers ces échanges, qui se multiplient et résonnent dans la vitesse du monde, que se compose le langage esthétique d’une époque à venir. Le musée est le laboratoire de ces liaisons suspectes». (Jean-Louis Froment, pour le catalogue de l’exposition «Eldorado»)

Le goût de l’art
Le musée invite le visiteur à des expériences multiples, en donnant non seulement à voir, mais aussi à entendre, à méditer, à sentir et à déguster. Il veut ainsi transmettre le goût de l’art à celui qui s’aventure dans l’exposition à la recherche de son propre Eldorado: un art qui peut l’accompagner dans son quotidien.

Un scénario
Mudam veut rompre le contrat classique auquel se lie trop souvent le public lors de sa visite d’un musée. Dès l’accueil, il est invité à se débarrasser de «son bagage» et à se laisser séduire par la pluralité des propositions se déployant sur les trois niveaux du bâtiment.

Un architecte
Moderniste, l‘architecture de Ieoh Ming Pei, aux formes géométriques, pures et monumentales, est conçue de manière à offrir un espace idéal à la présentation d’œuvres et aux interventions artistiques. I.M. Pei ne cherche pas à dominer l’art, mais essaie d’orienter le visiteur vers la contemplation des œuvres: par le choix des matériaux, par l’utilisation d’un éclairage adapté aux usages qui diffère d’un étage à l’autre voire d’une salle à l’autre, par le son que provoque le visiteur lors de son cheminement à travers les différentes salles d’exposition. Accordant une grande importance au mouvement, il a conçu un bâtiment dans lequel le visiteur peut choisir son parcours librement. Cette déambulation est d’autant plus fluide que les espaces et étages sont reliés par de nombreux escaliers et points de passages, objets de soins toujours attentifs de l‘architecte.

Une aventure
Niveau 0:
Séduire est le maître mot dès l’accueil. Le musée présente des œuvres monumentales ou totalement intimistes, qui mettent en évidence les espaces dans lesquels elles s’inscrivent sans oublier de préserver la convivialité.
Niveau 1:
Consacrées aux questionnements plus pointus sur les démarches artistiques, en l’occurrence celle d’un peintre pour «Eldorado», les galeries montrent des pièces de la collection mises en dialogue avec celles des artistes invités.
Niveau -1:
Sous la houlette d‘un artiste et théoricien, l’image en mouvement est convoquée par le biais des nouvelles technologies ou de l’histoire du cinéma, présentant de l’auditorium aux galeries des œuvres exceptionnelles et rares qui nourrissent l’esprit de tous ceux qui veulent bien s’y aventurer.

Liste des artistes
Marina Abramovic; Emmanuelle Antille; Fikret Atay; Jœ Baldwin; Stephan Balkenhol; Vincent Beaurin; Valérie Belin; Andrea Blum; François Boisrond; Erwan et Ronan Bouroullec; Heath Bunting; Daniel Buren; Robert Breer; Cai Guo-Qiang; Jesse Chapman; Claude Christ; Etienne Cliquet; Claude Closky; Nitzan Cohen; James Coleman; Marc Couturier; François Curlet; Richard Deacon; Mark Dean; Wim Delvoye; Pierre-Olivier Deschamps; Michel Desvigne; Frédéric Druot; David Dubois; Mary Dunning; Tullio Forgiarini; Charles Fréger; Maurizio Galante et Tal Lancman; Gaylen Gerber; Jack Goldstein; Michelle Grabner; Hervé Graumann; Konstantin Grcic; Anne-Marie Herckes; Charles Irvin; Paul Kirps; Peter Kogler; Mark Lewis; Léa Linster; Eric Maillet; Jean-Christophe Massinon; Aleksandra Mir; le Cercle Ramo Nash; Bruce Nauman; Ott + Stein, Oliver Peters; Albert Oehlen; Philippe Parreno; Ieoh Ming Pei; Joao Penalva; Stephen Prina; Tale of Tales; Tobias Putrih; Tyson Reeder; Pipilotti Rist; Kay Rosen; Sam Salisbury; Frédéric Sanchez; Fernando Sánchez Castillo; Jœ Scanlan; Adrian Schiess; Julian Schnabel; David Shrigley; Sancho Silva; Thomas Struth; Martin Szekely; Joël Tettamanti; Bert Theis; Laure Tixier; Su-Mei Tse; Javier Vallhonrat; Didier Vermeiren; Andy Warhol; Nari Ward; André Weisgerber; Bill Woodrow; B. Wurtz; Zhou Yi; Rémy Zaugg; Heimo Zobernig.


Conception et direction artistique
Conception et direction artistique: Marie-Claude Beaud, Björn Dahlström, Clément Minighetti, Mónica Portillo, Louis Bestgen, Valérie Conrot, avec l’équipe Mudam.
Directeurs artistiques invités: Claude Closky, Jean-Louis Froment, Maurizio Galante et Tal Lancman, Gaylen Gerber, Mark Lewis, Léa Linster et Frédéric Sanchez.

< back